Les deux curés les plus emblématiques dans l'histoire de Rennes le Chateau
et Rennes les Bains :
François Berenger Saunière
Jean- Jacques Henry Boudet

 Le diable de Rennes le Chateau
 

17 Janvier Annonces Avant Saunière Avens Chateaux Chercheurs Croix
Curés Découvertes Décryptage Divers Documents Eglises Forum-Secours
Fouilles Franc-Maçonnerie Hypothèses

Insolite
Journal Les Mines Liens
Littérature Logis Météo NEWSLETTER Personnages Pierres Gravées Poussin
Prieuré de Sion Souterrains NEW T'CHAT FORUM Templiers Tombeaux

L'hostellerie de Rennes les bains, hôtel restaurant 

Pays de Couiza est le site des 24 communes du territoire, dans l'Aude, ou se situe Rennes le Chateau, Rennes les Bains, et les autres...
Le Centre de Tourisme Equestre de Blanchefort à Cassaignes 

 

Etat civil des curés

 

DOMINO VIE RECTORE

PETRUS DELMAS FECIT

1856

     

Les 3 croix de Rennes-les-Bains font partie intégrante des monuments qui intriguent tant les chercheurs d'hier que ceux d'aujourd'hui. Bon nombre d'interprétations et d'hypothèses sur la question ont été évoquées depuis des décennies. Alors pourquoi, me direz-vous, reparler de ces 3 croix ? Tout simplement parce qu'il est toujours bon de remettre les choses à plat, de réétudier les pièces du dossier avec un regard neuf, hors cadre établi, et peut-être entrevoir de nouvelles possibilités, là où l'on ne voyait plus qu'une impasse. Pour ce faire, commençons par regarder à nouveau les 3 croix dites « Delmas ».

 

croix delmas rennes les bains

Croix a l'entrée du village de Rennes les Bains

croix delmas rennes les bains

Croix sous le porche de l'église de Rennes les Bains

croix delmas rennes les bains

Croix du jubilé sur la route de Montferrand

croix delmas rennes les bains

 

croix delmas rennes les bains

 

croix delmas rennes les bains

 

Chacune de ces croix portent une inscription qui lui est propre :

Avec un socle à forme identique, les 2 premières croix portent la date de 1856 alors que la dernière, celle du jubilé, est datée de 1854. Toutes les trois portent le nom de Delmas, 2 avec le prénom Pierre et la dernière, la croix du jubilé, indique un P majuscule et en lettres plus petites RE, raccourci pour Pierre. Maintenant, posons-nous la question qui s'impose d'elle-même : qui est donc ce Pierre Delmas ? Y-a-t-il un lien avec les abbés Delmas qui ont officié à RlB au XVIIIème siècle ?

Pierre Delmas.
Certains vous diront qu'il n'a jamais existé, d'autres soutiendront qu'il s'agit d'un prêtre... En travaillant sur la famille De Fleury, il y a quelques mois, j'ai trouvé dans le recensement de la population de 1872, le seul Pierre Delmas qui ait existé sur la commune de RlB depuis le début du XIXème siècle :

 

rennes les bains rennes le chateau

Pierre Delmas, alors âgé de 81 ans, est originaire de Brenac. Très rapidement, j'ai retrouvé sa trace. En fait, il est né le 7 janvier 1789 sous le patronyme complet de Jean Henry Laurent Pierre Delmas. Ses parents ne nous sont pas totalement inconnus... Il s'agit d'Augustin Delmas et d'Angélique Cauneille , l'une des sœurs de François Cauneille qui fut curé de RlB de 1780 à 1804. C'est d'ailleurs François Cauneille qui les maria aux Bains de Rennes en 1786 en présence d'Antoine Bigou :

parchemins rennes les bains

 

Son père Augustin a été meunier et aubergiste à Brenac. Il a aussi occupé le poste de maire de la commune après la Révolution Française. A quelle date, Pierre Delmas est venu à RlB ? Et pourquoi faire ? Adolescent, est-il venu rejoindre son oncle, en fin de vie, ou sa tante Mariette qui habitait RlB depuis qu'elle avait épousé Nazaire Jaffus en 1787 ? Nous n'avons pas de réponse à ces questions. Par contre, nous savons que Pierre, âgé de 30 ans, a épousé Catherine Saint-Loup (originaire des Bains) le 10 novembre 1818 à RlB :

 

rennes les bains france

 

On apprend sur l'acte de mariage qu'il est, de profession, meunier. Dix huit ans plus tard, sur le recensement de la population de RlB de 1836, il sera déclaré comme boulanger.

rennes le chateau rennes les bains


Maintenant que nous avons établi que Pierre Delmas existait bel et bien sans être pour autant  prêtre, nous découvrons qu'il est devenu, à l'âge de 63 ans, maire de RlB entre novembre 1852 jusqu'en 1861. Il succède à Baptiste Jaffus qui le remplacera à nouveau par la suite.  Le mandat de Pierre Delmas correspond sans aucune ambiguïté possible à la date indiquée sur les socles des trois calvaires, c'est donc bien lui dont il s'agit. Il reste pour le coup à comprendre pourquoi Pierre Delmas a mis en place ces trois croix sur Rennes-les-Bains.

En consultant les registres d'état civil sur la période de mandat de Pierre Delmas, une curiosité nous attend : il est indiqué sur les actes de mariage « faute de maison commune » (= mairie de l'époque). La chose nous intrigue tant que nous menons l'enquête pour découvrir pourquoi il n'y a plus de « maison commune » puis de « mairie » à RlB de la fin de l'année 1852 à fin 1856. 

archives rennes les bains

En vain, nous nous ignorons les raisons de cette fermeture de 3 ans de la maison commune. Il faudra attendre l'année 1857 pour que la mairie soit à nouveau opérationnelle. En mai 1857, Pierre Delmas célèbre alors le premier mariage en mairie.

 

rennes les bains curés

C'est seulement en 1868 que l'édification de l'école-mairie de RlB sera lancée.

Cet aparté, qui pourrait paraître anecdotique, se révèle digne d'intérêt quand on comprend que lorsqu'à la fin de l'année 1852, il n'y a plus de « maison commune », Pierre Delmas prend la décision de se transporter à la porte d'entrée de l'église pour y célébrer les mariages. Extrait d'un acte de mariage de l'année 1854 :

rennes les bains aude

 

Munie de cette nouvelle information, je vous propose de nous transporter, à l'invite de Pierre Delmas, sous le porche en face de l'entrée de l'église et d'examiner l'énigmatique inscription de la croix :

IN
HOC SIGNO
VINCES

DOMINO VIE RECTORE
PETRUS DELMAS FECIT
1856

Tout s'éclaire alors avec simplicité : la mise en place de cette croix par Pierre Delmas, avec l'accord évident de Jean Vié, desservant de la paroisse depuis 1840, marque à la fois l'emplacement des pouvoirs spirituels et temporels. Si on prend le terme DOMINO comme maître et RECTORE, non comme recteur, mais qui découle du mot REGO c'est-à-dire celui qui gouverne ou dirige, ainsi la deuxième partie de l'inscription  peut se traduire par « Vié, maître de cette maison (l'église comme centre spirituel), la croix édifiée par Pierre Delmas, celui qui gouverne la commune (pouvoir temporel) 1856 ». La croix représente donc la reconnaissance dans un quasi même lieu de chacun de ces 2 pouvoirs et de leurs détenteurs respectifs.
Cette interprétation est confirmée lorsque nous trouvons dans les mêmes registres d'état civil une autre variante de « faute de maison commune ». Là, Pierre Delmas change de localisation et se transporte, pour remplir sa charge de maire officier d'état civil, dans sa propre maison :

rennes les bains archives

Et où se trouve la maison d'habitation de Pierre Delmas ? Pour le savoir, consultons le recensement de la population de RlB en 1856 :

rennes les bains

Il s'agit de la première maison à l'entrée du village, c'est-à-dire à l'emplacement exact du futur grand Hôtel de la Reine :

rennes les bains thermes hotel

Soit juste en face de l'implantation de la croix :

hotel de rennes les bains

En transportant ses fonctions de maire officier de l'état civil à son domicile, Pierre Delmas semble avoir voulu apposer sa pierre en faisant construire ce nouveau calvaire qui réunit, comme la croix à l'entrée de l'église, à la fois le pouvoir temporel puisqu'il officie chez lui « publiquement portes ouvertes »  et son attachement spirituel avec la croix surmontant la pierre car ne l'oublions pas en tant que neveu de François Cauneille, ancien curé de RlB, Pierre Delmas a, n'en doutons pas, une conviction religieuse sans faille. La troisième croix, celle se trouvant sur la route qui mène à Montferrand près du lavoir, le prouve. Légèrement antérieure aux 2 croix déjà étudiées, toute la portée de cette croix réside dans l'inscription :

 JUBILE

DE  1854

PRE DELMAS

 

Le mot jubilé renvoie immédiatement au caractère religieux du monument. Dans l'église catholique, depuis 1400, le jubilé est une période de pardon, de conversion et d'efforts spirituels ayant lieu tous les 50 puis 25 ans, consacrée à la rémission par la pénitence  des peines temporelles dues aux conséquences du pêché. Des jubilés ont été célébrés au cours de l'histoire notamment lors de grandes épidémies comme la grande peste. Lorsqu'on se penche sur l'actualité de l'année 1854, on apprend que la France est touchée par une épidémie de choléra qui provoqua 143 000 morts sur tout le territoire et cela, alors que la précédente datait seulement de 19 ans (1835). Le département de l'Aude n'est pas épargné, on compte 4966 décès en quelques mois  dont 525 à Carcassonne avec un pic saisissant durant la période estivale. Le fléau s'affaiblit avec l'arrivée du froid comme en témoigne cet article sur la situation de Quillan paru dans Le Courrier de l'Aude du 22 novembre 1854 :  

https://culture.cr-languedocroussillon.fr/ark:/46855/OAI_FRB110696201_7150_frb110696201_7150_1854_0007/v0003.simple.highlight=chol%C3%A9ra.selectedTab=thumbnail

 

On imagine, dès lors, une procession religieuse menée par Jean Vié à partir de l'église de RlB pour se rendre devant cette croix du jubilé rappelant ainsi l'importance du pardon des pêchés dans un tel moment. Pierre Delmas devait se trouver aux côtés du prêtre pour rappeler cette alliance du religieux et de l'homme du monde pour faire face à l'épidémie de choléra.

 

En édifiant ces 3 croix et en y gravant son nom, Pierre Delmas marque de son empreinte le territoire de Rennes-les-Bains comme l'a fait auparavant son oncle François Cauneille ainsi que tous ses prédécesseurs  ecclésiastiques qui se sont succédé dans la paroisse. Une longue tradition qui a perduré, à travers le temps, d'Antoine Delmas à Henri Boudet tout en gardant intact son Mystère.    

logo rosi

Léa Rosi
avril 2018


Les habits sacerdotaux
de l'abbé Henry Boudet
Curé de Rennes les Bains de 1872 à 1914.

En septembre 1992 Rennes les Bains subit l'une des inondations les plus importante de son histoire, il en résulta des dégâts des eaux énormes, une partie du village fut submergée et entre autre l'église du village ou les eaux montèrent à plus d'un mètre cinquante au-dessus du sol.
Le soir même plusieurs bénévoles vinrent porter secours aux nombreux sinistrés, mais ce n'est que le lendemain matin que les secours furent organisés par la municipalité en place à l'époque -
C'est à l'occasion du nettoyage de l'église que les habits sacerdotaux furent jetés à la décharge et récupérés par nos soins - Il est aussi à signaler que de nombreux livres de messes, chasubles, et divers papiers furent détruits -

Nous savions par l'abbé Bruno De-Monts aumônier de la marine en retraite et curé desservant de l'église de Rennes les Bains pendant ses vacances estivales que les habits sacerdotaux avaient appartenu à l'abbé Boudet.
Pendant le nettoiement du village gravement sinistré la priorité ne fut pas la sauvegarde des habits de messes ce qui est bien compréhensible.
Aujourd'hui nous avons ces chasubles et étoles que nous avons partiellement nettoyées étant donné la fragilité de ces habits -
Nous avons bien sur proposé à la municipalité de Rennes les Bains de lui mettre à disposition ces habits dés qu'elle le souhaitera pour les mettre dans son musée-
La chasuble blanche est rehaussée d'une étole brodée de fils d'or et d'argent d'une valeur certaine -
La chasuble violette est beaucoup plus simple


L'abbé Saunière curé de rennes le chateau

François Bérenger Saunière
Né le 11 Avril 1852 à midi à Montazels
En 1870 Bérenger entre au grand séminaire
Curé d'Alet les Bains le 16 juillet 1879
Le 16 juin 1882 il est nommé curé du Clat
Le 1er juin 1885 il remplace Antoine Croc à Rennes le château qui était en place depuis le 14 août 1884
En janvier 1886 il est nommé professeur au petit séminaire de Narbonne mais il refuse de quitter Rennes le Château.
Il est nommé définitivement curé de Rennes le Château le 1er janvier 1886.
Il meurt le 22 janvier 1917 à Rennes le Château.

Jean Marie Alfred Saunière
Né le 17 Février 1855 à Montazels
Nominé vicaire d'Alzonne le 1er juillet 1878
Entre chez les Jésuites en 1879
en 1893 il est professeur au petit séminaire à Narbonne
Il meurt le 9 septembre 1905 à Montazels.

Bigou Antoine
Né le 18 Avril 1719 à Sournia
Curé de Rennes le Château de 1774 à 1790
Prête serment avec restriction le 20 février 1791 qui est refusé
Mort le 21 mars 1794 à Sabadell en Espagne

De Beauséjour Paul Félix Bevrain
Evêque de Carcassonne de 1902 à 1930

Bigou Jean
Né en 1702
Curé de Rennes le Château de 1736 à 1774
Mort à Rennes le Château en 1776

Billard Félix Arsène
Evêque de Carcassonne de 1981 à 1902


Boudet Jean-Jacques Henry
Né à Quillan (Aude) le 17 novembre 1837
Ordonné prêtre le 25 décembre 1861
Curé de Rennes les Bains de 1872 à 1914
Mort le 30 mars 1915 à Axat


Gelis Antoine Jean
Né le 1er avril 1827 à Villeséquelande (Aude)
Curé à Coustaussa en 1857
Mort le 1er novembre 1897 à Coustaussa

Mocquin Charles Eugène
Curé de Rennes le Château de 1881 à 1884

Rescanières Joseph Marie Casimir
Curé de Rennes les Bains de 1914 à 1915

 

retour haut de page

E-Mail : Contact

Retour à l'accueil